8 conseils pour devenir un excellent webdesigner

webdesigner

Pour les jeunes diplômés, surtout les bacheliers, orienter sa future carrière n’est pas évident. Devenir webdesigner s’impose tout naturellement à ceux qui aiment les nouvelles technologies et le marketing digital. Retrouvez dans cet article les conseils pour y arriver.

1. Suivre une formation adéquate

La possibilité d’apprendre en étant autodidacte attire les jeunes dans le monde la nouvelle technologie. Les bonnes bases permettent d’évoluer plus rapidement et d’être reconnu. Heureusement, étudier dans une école d’infographie ou une école d’animation 3D pour devenir web designer est désormais possible. À l’issue de la formation suivie en enseignement supérieur, la personne une licence ou une maîtrise. D’autres formations diplômantes dans le domaine de l’audiovisuel, de la communication ou du marketing peuvent aider également. Ces études permettent aux d’avoir les savoir-faire nécessaires pour pouvoir évoluer dans ce secteur. Les stages, généralement obligatoires, offrent un aperçu du monde de l’entreprise auquel ils doivent faire face plus tard et leur donnent l’occasion d’acquérir des compétences.

2. Être porté sur les nouvelles technologies de l’informatique

Le monde du webdesign est essentiellement tourné vers les nouvelles technologies et les langages informatiques. La passion pour ces domaines est de ce fait indispensable. Contrairement à d’autres métiers, suivre des cours et réussir les examens ne suffisent pas. Un webdesigner doit normalement savoir coder, avoir des talents de graphiste et être capable de manipuler différentes applications dédiées à la création et à l’édition de contenus multimédias.

3. Anticiper sur sa formation

La carrière d’un webdesigner est évolutive. Au sein d’une entreprise, ce dernier peut, par exemple, atteindre le poste de directeur artistique. L’obtention d’un tel niveau implique des formations supplémentaires en matière de gestion et management. Ces formations sont également utiles à ceux qui ont des fibres entrepreneuriales et qui veulent créer leurs propres entreprises. Les langues étrangères ne sont pas à négliger, car elle facilite les échanges avec d’éventuels associés et clients, et facilite la compréhension des nouvelles perspectives technologiques.

4. Avoir une âme d’artiste, tout en restant réaliste et commercial

Le métier de webdesigner demande à coup sûr un esprit polyvalent, capable de jouer dans deux mondes différents. Un développeur d’applications est surtout focalisé sur les codes tandis qu’un peintre l’est plus sur son art. Un webdesigner est les deux à la fois, ce qui n’est pas toujours facile. Un webdesigner donne vie à sa créativité, mais son but final est de fournir un produit qui plaît aux utilisateurs et aux commanditaires du site ou de l’application. Son produit final doit être plaisant et vendable. L’une de ses tâches principales est de garder l’équilibre entre plusieurs univers pour ne pas déborder dans un sens ou dans l’autre.

5. Être autodidacte et maintenir une veille informationnelle

Avoir suivi une formation diplômante est une bonne base pour devenir un webdesigner. Néanmoins, les domaines du numérique et des nouvelles technologies sont très changeants. Certaines informations apprises à l’université peuvent devenir obsolètes en très peu de temps. Voilà pourquoi un webdesigner ne doit jamais se reposer sur ses acquis, mais plutôt continuer à apprendre pour rester compétitif.

6. Trouver un bon environnement de travail

En tant qu’artiste, un webdesigner a besoin d’un bon environnement pour concevoir un projet, ce qui implique un cadre adapté à sa créativité, comme l’espace, la décoration, ou encore la luminosité. Pour la plupart des webdesigners, travailler dans un endroit calme est indispensable. Pour d’autres, leurs créativités ressortent mieux dans une équipe effervescente et débordante de dynamisme. L’environnement humain est également important, que ce soit en rapport avec ses clients, ses collègues de travail ou ses supérieurs hiérarchiques. Les personnes créatives y sont très sensibles et cette atmosphère peut avoir un grand impact sur la qualité de leurs travaux.

7. Ne pas être susceptible sur les heures de travail

Les webdesigners dépassent généralement les 35 heures de travail par semaine. Difficile de voir le temps passer quand la créativité est en marche. Les personnes qui guettent constamment l’heure de sortie doivent se poser des questions sur leur choix de carrière. En plus, garder constamment les yeux sur sa montre est très mauvais pour l’inspiration et la concentration. Bien que la manipulation d’outils et de codes soit indispensable, ce travail reste avant tout un métier artistique où le webdesigner peut être happé rapidement par sa création et perdre complètement la notion du temps.

8. Envisager de devenir freelance à temps partiel ou complet

Dans un domaine aussi compétitif que le webdesign, devenir freelance permet de faire évoluer très rapidement dans ses compétences. Un tel développement est dû aux différents projets qui vont se présenter. En plus, le statut de freelance n’implique pas forcément de quitter un CDI ou un CDD. S’assurer d’avoir suffisamment d’expérience professionnelle est cependant un prérequis. Les plateformes pour prestataires indépendants en ligne aident à mettre la main sur de petites commandes assez simples. Les prestations peuvent aller de quelques heures à plusieurs jours et permettent d’arrondir les fins de mois, ou carrément d’en vivre.

Entreprises : 4 questions à se poser avant de lancer un nouveau produit
Conseils pour devenir un Youtuber célèbre